Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Au Nigeria, l’inflation globale a grimpé pour le 14e mois consécutif avec une augmentation de 1,54% sur une base mensuelle, le plus élevé depuis juin 2017. Elle est également passée à son plus haut niveau depuis février 2018.

 

Réuni les 23 et 24 novembre 2020, le Comité de politique monétaire (MPC) de la Banque centrale du Nigeria (CBN) a indiqué avoir noté avec « préoccupation », que l’inflation est en hausse pour le quatorzième mois consécutif en glissement annuel, passant de 13,71% en septembre 2020, son plus haut niveau depuis mars 2018, à 14,23% en octobre 2020. Soit son niveau le plus élevé depuis février 2018.

 

 

Dans les détails, la banque centrale relève que l’inflation sous-jacente est passée à 11,14% en octobre 2020, contre 10,58% en septembre. L’inflation alimentaire s’est établie à 17,38%, contre 16,66% en septembre. Une augmentation que l’institut attribue à « la persistance de l’insécurité dans tout le pays ainsi qu’à des déficiences structurelles persistantes ayant un impact sur le transport des denrées alimentaires vers les zones urbaines, telles que des réseaux routiers médiocres, une alimentation électrique instable et une série d’autres carences infrastructurelles ».

 

Si la principale pression à la hausse de l’inflation provient des prix des denrées alimentaires, il faut noter que celle exercée par d’autres secteurs clés n’est pas insignifiante. Il s’agit de la santé (13,08% contre 12,58%), du transport (12,11% contre 11,65%), des vêtements et chaussures (11,25 % contre 11,02%), des boissons alcoolisées, tabac et kola (10,79% contre 10,59%) et de l’ameublement (10,67% contre 10,43%).

 

Selon la Banque centrale, les prévisions font état d’une « probable atténuation » de la hausse de l’inflation « à moyen terme », « car la production intérieure devrait se redresser, suite à la reprise des activités économiques après les restrictions liées à la Covid-19 ». «L’inflation devrait ralentir d’ici le premier trimestre de 2021», indique-t-elle.

 

À noter que les prix à la consommation ont légèrement augmenté de 1,54% sur une base mensuelle, le plus élevé depuis juin 2017.

 

Officiellement entrée en récession après le 3e trimestre de l’année – après la pire baisse de son économie en près de quatre décennies-, le Nigeria table sur un taux d’inflation annuel de 11,95% en 2021 selon le projet de budget en étude au Parlement, contre 13,39% autrefois prévu pour 2020.