Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - Les investisseurs étrangers sont de nouveau plus actifs sur la Bourse de Lagos, témoignant d’un regain d’intérêt de leur part. Mais en attendant les données des derniers mois de 2022, le principal indice de ce marché est actuellement à la baisse.

 

Pour la première fois depuis 2018, la valeur des transactions effectuées par les investisseurs internationaux sur le compartiment action de la Bourse de Lagos (Nigeria) est sur une tendance haussière. Sur les 9 premiers mois de 2022, elle a déjà atteint 321 milliards de nairas (728,4 millions $). C'est une augmentation de 11 % en comparaison avec celle de la même période en 2021.

Avec la pandémie de la Covid-19 et ses conséquences notamment en termes de pression sur le naira, la monnaie nigériane, investir en portefeuille est devenu plus complexe, d'autant que la banque centrale, pour protéger sa monnaie, a imposé des restrictions sur les mouvements des capitaux. Ajouté à cela, l'inflation a continué à progresser dans le pays à des niveaux records, et occasionne des pertes latentes pour les investissements.

 

Une chose positive avec la remontée des transactions d'étrangers sur le Nigerian Stock Exchange (NSE) est qu'il y a désormais un équilibre entre les valeurs investies et celles retirées des investissements. Sur les cinq dernières années, on assistait plus à des départs d'investisseurs. Malgré un contexte international qui reste incertain, le marché financier nigérian est resté dynamique. La valeur globale des transactions pour les trois premiers trimestres dépasse déjà celle de l'ensemble de 2021.

 

L'évolution des choses reste à suivre. Le NSE All Share Index, qui est le principal indice de la Bourse de Lagos, affiche une progression de 2,5 % depuis le début de l'année, selon des données du marché disponibles sur la plateforme African Markets. Mais il est sur une tendance baissière. Sur les trois derniers mois, sa valeur a reculé de 12,5 %. C'est la deuxième plus mauvaise performance de la période après celle du MASI (Morroco All Share Index), le principal indice de la Bourse de Casablanca.

 

Articles Similaires