Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - La ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, a annoncé, le 11 février, que son pays a injecté 550 millions de dollars supplémentaires dans son fonds souverain pour encourager les investissements dans le secteur de l’électricité.

«Sur ce montant, 350 millions de dollars seront utilisés comme facilité de trésorerie par la compagnie étatique chargée de fourniture d’électricité», a-t-elle précisé. Le solde de 200 millions de dollars sera affecté au financement de la construction de centrales à gaz.

Le Nigeria avait remis, en septembre 2013, le contrôle de 15 compagnies d'électricité publiques à des opérateurs privés, pour un total de 2,5 milliards de dollars, complétant ainsi l'une des dernières étapes d'un processus de privatisation destiné à mettre fin à des décennies de pénurie d'électricité et à limiter les délestages.

Dans ce cadre, Power Holding Company of Nigeria (PHCN), la compagnie publique chargée de la fourniture d'électricité, a été scindée en six sociétés de production d'électricité et onze sociétés de distribution. 15 Sociétés ont été déjà vendues séparément aux opérateurs privés.

Pays le plus peuplé d’Afrique (170 millions d’habitants), le Nigeria perd au moins 2 points de croissance chaque année en raison du déficit d’infrastructures, notamment dans les domaines de l'électricité et du transport, selon la ministre des Finances.

Pour combler le déficit en matière d’électricité, le gouvernement fédéral nigérian compte sur la contribution des investisseurs privés. «Nous continuons à examiner des projets dans les domaines de la production et de la distribution de l’électricité. Les discussions avancent (…) et quelques accords pourraient être annoncés sous peu», a déclaré le directeur général du fonds souverain nigérian, Uche Orji.

Au Nigeria, la demande de l’électricité dépasse largement la production du pays qui se situe actuellement à environ 4 gigawatts.