Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - En Afrique du Sud, l’industrie des boissons alcoolisées reste encore attractive pour les investisseurs. En dépit de la pandémie de coronavirus qui a pénalisé les opérations de vente du secteur, les perspectives de croissance continuent d’attirer les grandes compagnies internationales.

 

Le brasseur Heineken a annoncé le 15 novembre, la conclusion d’un accord pour l’acquisition de Distell Groups Holdings (JSE:DGH), le leader sud-africain du vin et des spiritueux pour un montant de 2,2 milliards d’euros (2,5 milliards $).

 

Cette opération qui est la plus importante du groupe néerlandais depuis 2018 a été entérinée sur la base d’un prix de 180 rands et a reçu 56 % d’avis favorables de la part des actionnaires de la compagnie sud-africaine.

La transaction qui valorise Distell à environ 40 milliards de rands (2,6 milliards $) devrait être finalisée au cours de l’année 2022 sous réserve de l’approbation des organismes de réglementation et des actionnaires.  

 

Avec cette entente, le géant d’Amsterdam fait son entrée dans le segment des spiritueux et des vins non seulement dans la nation arc-en-ciel, mais aussi dans d’autres pays comme le Kenya, le Nigeria, le Ghana qui forment le top 4 des principaux marchés de consommation de ces produits sur le continent. 

 

Distell qui jouit du statut de leader continental dans ces différents produits dispose d’un portefeuille de marques phares comme Amarula, Hunter’s Dry et Savanna. Il a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 21 % à 28,2 milliards de rands (1,85 milliard $) durant son exercice financier 2021 et a doublé son bénéfice d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissement (EBITDA) qui s’est établi à 3,7 milliards de rands.

 

Plus globalement, il faut souligner que dans la foulée du rachat de Distell, Heineken a également acquis le reste du capital social (50,01 %) de la Namibia Breweries (NSX:NBS), numéro un de la bière en Namibie.

 

Ces deux nouvelles activités seront combinées avec ses opérations sud-africaines (Heineken South Africa) pour former une entité baptisée « Newco ».

 

La compagnie valorisée à 4 milliards d’euros sera détenue à 65 % par le groupe et devrait lui permettre de s’imposer comme un acteur majeur de l’industrie des boissons alcoolisées en Afrique australe.