Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - Malgré leur fusion en novembre 2017, Airtel et Tigo n’ont pas véritablement amélioré leurs performances financières au Ghana. Leurs parts de marché combinées ont même reculé en 2018. Pour mettre un terme à ce recul provoqué par une forte concurrence, les deux sociétés ont entamé en octobre 2020 leur sortie du marché.

 

Le groupe télécoms indien Bharti Airtel a annoncé, mercredi 3 novembre, la finalisation de la vente de l’opérateur de téléphonie mobile AirtelTigo à l’Etat du Ghana. L’annonce provient de la National Stock Exchange of India. Conformément aux termes de l’accord de vente, le gouvernement ghanéen a acquis 100% des actions de la coentreprise, ainsi que tous ses clients, son actif et son passif.

Le 20 avril 2021, lors d’une visite dans les locaux d’AirtelTigo, la ministre des Communications et de l’Economie numérique du Ghana, Ursula Owusu-Ekuful, avait déclaré qu’en reprenant l’opérateur de téléphonie mobile, le gouvernement ghanéen s’engageait à réaliser des investissements appropriés pour sa relance et à l'exploiter tout en protégeant les intérêts des clients, des employés et des autres parties prenantes. La ministre avait révélé quelques jours plus tard que l’acquisition d’AirtelTigo coûterait à l’Etat la somme de 1$.

 

AirtelTigo est née officiellement en novembre 2017 de l’accord entre Bharti Airtel et Millicom International Cellular (MIC). Les deux groupes avaient décidé de s’associer pour demeurer concurrentiels sur le marché télécoms ghanéen alors disputé par six entreprises. Leur filiale respective occupait alors les 4e et 3e places pour ce qui est des parts de marché. En s’alliant, elles arrachaient la seconde place, derrière MTN et devant Vodafone.

 

La fusion était intervenue dix mois après que Sunil Bharti Mittal, le président directeur général de Bharti Airtel, a annoncé au World Economic Forum de Davos, tenu du 17 au 20 janvier 2017 en Suisse, « des fusions ou des ventes d’actions dans certaines de nos opérations en Afrique, car nous cherchons à réduire la dette et à rendre plus rentables nos plus grandes acquisitions à l'étranger ».

 

La clôture de la vente d’AirtelTigo à l’Etat ghanéen permet à Bharti Airtel de concentrer ses efforts sur ses marchés plus dynamiques d’Afrique. Pour Millicom, cette cession traduit sa sortie totale du marché télécoms africain. AirtelTigo était sa dernière marque de présence sur le continent. Le gouvernement ghanéen quant à lui consolide sa présence sur le marché de la téléphonie mobile avec un opérateur détenu à 100%. Depuis 2008, il n’était qu’actionnaire à hauteur de 30% dans Vodafone qui a acquis 70% de Ghana Telecom.