Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - L’Etat nigérian prévoit de vendre sa participation dans la bourse des matières premières Abuja Securities & Commodities Exchange aux alentours de la mi-2014, rapporte l’agence Bloomberg le 22 janvier, citant un responsable de l’autorité de régulation des marchés financiers nigérians.

«Le gouvernement qui s’était engagé à céder ses parts dans l’unique bourse des matières premières du Nigeria avant fin 2013 n’a pas respecté ce délai. Mais il a désormais l’intention de finaliser cette opération au milieu de l’année en cours», a déclaré la directrice générale de la Securities and Exchange Commission (SEC), Arunma Oteh.

«Un certain nombre d’investisseurs locaux et internationaux sont très intéressés par la reprise de la participation de l’Etat. Ils souhaitent savoir si le gouvernement va réellement procéder à la vente de ses parts. Certains acteurs sont même prêts à demander une autorisation pour créer une bourse de matières premières si l’opération de cession des parts de l’Etat dans Abuja Securities & Commodities Exchange ne se réalise pas», a-t-elle ajouté.

La société d’investissement nigériane Heirs Holdings figure parmi les entreprises intéressées par le rachat de la participation de l’Etat dans Abuja Securities & Commodities Exchange. Cette société contrôlée par l’homme d’affaires Tony Elumelu, qui a contribué à la création au Rwanda d’une bourse de matières premières à travers African Exchange Holdings Ltd (AFEX), avait indiqué récemment qu’elle envisage d’ouvrir des discussions avec l’autorité de régulation des marchés financiers pour en créer une bourse de commodities au Nigeria au cas où cette transaction n’aboutirait pas.

Heirs Holdings, qui a des participations dans le secteur de l'agriculture, de l'énergie, de l'immobilier et de la banque, convoite désormais l’énorme potentiel du Nigeria dans le domaine de matières premières.

Outre les hydrocarbures, le coton et le sucre, le Nigeria a été le troisième plus grand producteur africain de cacao l’an passé.