Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - Le Parlement nigérian a approuvé l’émission d’un eurobond d’un milliard de dollars destiné à financer le déficit budgétaire du pays et des projets d’infrastructures, a annoncé le porte-parole du Sénat, Aliyu Sabi Abdullahi, le 8 février.

 

«La seule demande d’approbation qui nous a été soumise par l’exécutif aujourd’hui concerne l'émission d'un eurobond d’un milliard de dollars pour le financement du déficit budgétaire, et nous avons immédiatement accordé notre feu vert à cette opération», a déclaré M. Abdullahi, indiquant que le gouvernement compte aussi utiliser une partie des fonds qui seront levés grâce à l’eurobond pour financer deux projets ferroviaires.

 

L’Office nigérian de gestion de la dette avait mené en octobre dernier un road-show d'une semaine au Royaume-Uni et aux États-Unis pour promouvoir cet eurobond d’un milliard de dollars, en présence de la ministre des Finances, Kemi Adeosun, et du gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, Godwin Emefiele.

Les groupes bancaires Citigroup et Standard Chartered Bank ont ​​organisé les réunions des investisseurs. Une source ayant eu vent de ces réunions a indiqué, dans ce cadre à l’agence, que les deux principaux facteurs qui détermineront le taux de cet eurobond sont le niveau de production de pétrole et les perspectives de la monnaie nigériane.

 

Cette même source a précisé que les investisseurs intéressés par les nouvelles euro-obligations nigérianes sont à la recherche d’un rendement supérieur à 7%.

 

L’économie nigériane a plongé en récession, pour la première fois depuis 25 ans, durant l’année écoulée. Selon les données du Fonds monétaire international (FMI), le PIB de ce pays qui tire 70% de ses revenus et environ 90% de ses recettes en devises des exportations du pétrole s’est contracté de 1,7% en 2016.

 

Pour 2017, le FMI prévoit une croissance de 0,8% pour l’économie nigériane. Ce chiffre est inférieur à la récente prévision de la Banque mondiale (1%).

 

x

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.  En savoir plus.

x

Newsletter