Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - La Bourse d'Alger et Euronext Paris ont annoncé, le 25 mars dans un communiqué, la signature du protocole d'accord en vue de renforcer la coopération entre leurs marchés.

Selon les termes de cet accord, Euronext Paris et la Société de la Gestion de la Bourse des Valeurs algérienne (SGBV) vont renforcer leurs liens afin de «développer l'écosystème boursier sur leurs marchés respectifs et faciliter ainsi le financement des entreprises, et notamment des PME-ETI, par la Bourse».

La SGBV est détenue par les intermédiaires en opérations de Bourse agréés qui sont actuellement les banques publiques algériennes. «Nous nous félicitons de cette coopération avec SGBV qui nous permettra de capitaliser sur nos expertises pour accompagner la Bourse d'Alger dans la promotion du recours au marché financier comme source de financement pour les entreprises», a souligné Anthony Attia, PDG d'Euronext Paris, cité le communiqué.

«Le rapprochement entre les deux places à travers la signature de cet accord historique pour la Bourse d'Alger participera sans aucun doute à atteindre les objectifs fixés», a déclaré, de son côté, le directeur général de la SGVB, Yazid Benmouhoub.

La Bourse d’Alger ne contribue pratiquement pas au financement de l'économie, essentiellement assumé par les banques, par le budget de l'État et par le recours aux avoirs du Fonds de régulation des recettes qui est alimenté par les revenus du pétrole. La place créée en 1997 ne compte actuellement que quatre sociétés cotées: El Aurassi (hotellerie), Saidal (industrie pharmaceutique), Alliance Assurance et NCA Rouiba (jus de fruits) pour une capitalisation boursière qui n'a pas dépassé les 170 millions de dollars en 2012.

En septembre 2013, le Conseil des participations de l'État (CPE) algérien a donné son feu vert à l'introduction en Bourse de dix entreprises publiques, dont six cimenteries. Le gouvernement, dont l'objectif du gouvernement est d'arriver à 40 entreprises publiques cotées à la Bourse d'Alger à la fin de l'année 2015, envisage également d’introduire une deuxième vague d'entreprises publiques, dont Air Algérie, la Compagnie algérienne des assurances (CAAT), le distributeur pétrolier Naftal, la Banque nationale d'Algérie (BNA) et la Banque de développement local (BDL).

 

  • Africa Investor Summit 2018
    https://www.african-markets.com/images/ju_cached_images/AIS2018-Square_411ad77434821170d1f5e8960525d272_90x50.resized.jpg

Nous souhaitons vous fournir la meilleure expérience possible. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre Politique de confidentialité et l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.