Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

« Les autorités ont accompli des progrès considérables dans la réalisation des déclencheurs relatifs au point d’achèvement. » A la suite d’une mission conjointe de deux semaines (29 février au 14 mars 2012) en Côte d’Ivoire, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque africaine de développement (BAD), la BOAD, et l’UEMOA, se montrent optimistes sur la capacité de la Côte d’Ivoire à atteindre d’ici juin 2012 le point d'achèvement du programme Pays pauvre très endetté (PPTE) qui se traduira par une restructuration et la réduction de sa dette.

Cette mission avait pour objectif de faire la revue des reformes actés dans le programme économique et financier du gouvernement ivoirien financé en partie par la Facilité élargie de crédit (FEC) du FMI de 616 millions $ (390,24 millions de DTS).

Cette FEC 2011-2014 avait été approuvée par le conseil d’administration du FMI le 4 novembre 2011. Doris Ross, chef d'une mission conjointe et sous-directrice au département Afrique du FMI, a ainsi déclaré à la presse : « Les autorités ivoiriennes et l’équipe du FMI ont eu des discussions très fructueuses dans le cadre de la première revue du programme appuyé par la FEC, et sont parvenues à un accord provisoire. Suite à l’approbation de cet accord par la direction générale et par le Conseil d’administration du FMI prévue pour le mois de mai, la politique économique du gouvernement pour 2012 pourrait être appuyée par un déboursement additionnel de 65 millions de DTS (environ 100 millions $) au titre de la FEC. En outre, la mission a echangé avec les autorités sur le calendrier de travail pour atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE. Les autorités ont accompli des progrès considérables dans la réalisation des déclencheurs relatifs au point d’achèvement. L’aboutissement de ces efforts pourrait servir de base pour l’atteinte du point d’achèvement PPTE d’ici fin juin 2012 et permettra à la Côte d’Ivoire de bénéficier d’un allègement global de sa dette… Tous les critères de réalisation quantitatifs pour fin décembre au titre de l’accord FEC ont été respectés ».

Néanmoins les bailleurs internationaux mettent en garde le gouvernement sur la lenteur des reformes dans le secteur de l’electicité et des entreprises publiques. Dans le secteur de l’électricité, ces reformes visent à baisser de manière significative le niveau de subvention.

La croissance du PIB prévue en 2012 par le FMI pourrait être de 8% en 2012 après une récession de -5% en 2011 en raison de la crise politique dans le pays.

Source: Agence Ecofin

 

  • Africa Investor Summit 2018
    https://www.african-markets.com/images/ju_cached_images/AIS2018-Square_411ad77434821170d1f5e8960525d272_90x50.resized.jpg

Nous souhaitons vous fournir la meilleure expérience possible. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre Politique de confidentialité et l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.