Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - Avec environ 372 millions $ levés lors de sa récente introduction sur l’Egyptian Exchange, E-finance réalise la plus forte mobilisation de fonds, depuis celle d’Egypt Telecom, il y a 16 ans. De nouvelles introductions en bourse d’entités publiques sont annoncées dans les prochains mois.

 

Après avoir levé 5,84 milliards de livres égyptiennes (372 millions $) lors de sa récente introduction sur la Bourse égyptienne, les actions du fournisseur de solutions de paiement électronique, E-finance Investment Group, ont été admis le 20 octobre sur l’Egyptian Exchange à un prix initial de 13,98 livres égyptiennes l’action.

 

Lors de la fermeture de la bourse, l’action d’E-finance a clôturé à 21 livres égyptiennes, soit une progression de 50,2 % pour cette entité qui passe ses premiers moments en bourse, et a atteint une capitalisation boursière de 22,3 milliards de livres égyptiennes (environ 1,4 milliard $).

Avec ses 5,84 milliards de livres égyptiennes mobilisés lors de son introduction en bourse, la fintech a réalisé la plus importante levée de fonds sur l’Egyptian Exchange depuis 2005, année durant laquelle Egypt Telecom avait mobilisé 5,1 milliards de livres égyptiennes en bourse. E-finance a cédé au total 417,77 millions d’actions représentant 26,10 % de son capital, dans le cadre d’une offre publique et privée.

 

L’offre qui a connu une forte sursouscription dénote du fort intérêt des investisseurs étrangers et locaux pour ses titres. « E-finance est devenue une société cotée sur la Bourse égyptienne qui ouvre un nouveau chapitre de son histoire […] La forte demande de ses actions a montré la confiance des investisseurs locaux et internationaux dans le modèle opérationnel et le développement de l'entreprise. Elle est prête à capitaliser sur la plus grande appétence de notre marché pour les services numériques », a commenté Ibrahim Sarhan, président de l’entreprise.

 

Rappelons que c’est en septembre dernier, qu’E-finance avait annoncé son intention de céder initialement 14,5% de son capital lors d'une première offre publique en vue de son introduction en bourse, prévue au quatrième trimestre 2021.

 

La fintech fondée en 2005 est contrôlée par l’Etat égyptien. En 2018, le gouvernement avait annoncé son intention de vendre des parts minoritaires d’une douzaine d’entités publiques, dans le cadre d’opérations d’introduction en bourse.