Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - L’Afrique du Sud envisage d’émettre un sukuk libellé en rands, durant l’année fiscale qui débutera le 1er avril, pour financer son déficit budgétaire, a rapporté l’agence Bloomberg, le 5 mars, citant un responsable au Trésor national.

 

« Il y a un très fort intérêt pour un nouveau sukuk, en particulier de la part des gestionnaires d'actifs islamiques et des banques Charia compliant », a souligné la directrice chargée de la gestion du passif au Trésor national, Tshepiso Moahloli. « La décision d’émettre un nouveau sukuk comprend aussi un important élément de développement du marché, qui va au-delà de la simple mobilisation de financements », a-t-elle ajouté, indiquant que le montant du sukuk « dépendra des intérêts des investisseurs et du timing de l’opération ».

Les analystes s’attendent à ce que des investisseurs locaux souscrivent en masse ces nouvelles obligations conformes à la Charia, aux côtés des investisseurs étrangers.

 

« Il y a des fonds islamiques locaux et offshore qui cherchent à investir dans le nouveau sukuk sud-africain », a déclaré Asief Mohamed, le directeur des investissements chez le gestionnaire d’actifs Aeon Investment Management, cité par Bloomberg.

 

L’Afrique du Sud a émis son premier sukuk en 2014. Malgré un carnet d’ordres qui a  dépassé 2 milliards de dollars, la nation arc-en-ciel n’a levé que 500 millions de dollars pour cette première incursion sur le marché de la finance islamique.

 

  • Africa Investor Summit 2018
    https://www.african-markets.com/images/ju_cached_images/AIS2018-Square_411ad77434821170d1f5e8960525d272_90x50.resized.jpg

Nous souhaitons vous fournir la meilleure expérience possible. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre Politique de confidentialité et l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.