Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - L'agence de notation Standard & Poor's (S&P) a annoncé, dans un communiqué publié le 27 mars, avoir confirmé les notes à long et à court termes de la République du Congo à «B /B», avec perspectives stables.

L’agence explique sa décision par le faible niveau de la dette publique du pays. Elle s’attend à ce que la croissance du PIB du Congo se situe légèrement au dessous de la barre de 5% entre 2015 et 2018, grâce notamment aux investissements dans les infrastructures et les services.

S&P s’inquiète cependant de la forte dépendance de l’économie congolaise au pétrole, dont le prix a chuté de près de 50% depuis juillet dernier. L’or noir représente en effet environ 75% des recettes de l’Etat et plus de 80% des exportations du pays.

L’agence déplore aussi la faiblesse des institutions, le niveau bas du PIB par habitant et les risques liés à la succession du président Sassou Nguesso.

La Constitution congolaise en vigueur depuis 2002 limite à deux le nombre de mandats présidentiels et l’âge des candidats à 70 ans. Elle ne permet pas ainsi au président Denis Sassou Nguesso, 71 ans, qui termine en 2016 son deuxième et théoriquement dernier septennat, de se représenter. Le comité central du Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) s’était, cependant, prononcé, le 31 décembre, à la quasi-unanimité en faveur d'un changement de Constitution en vue de permettre à M. Sassou Nguesso de se représenter à l'élection présidentielle de 2016.