Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

(Agence Ecofin) - L'agence de notation Standard and Poor's (S&P) a dégradé la note souveraine à long terme en monnaie locale et étrangère de l'Ouganda de B + à B, avec une perspective stable. La note à court terme est maintenue à B.

L’abaissement de la note souveraine à long terme de l’Ouganda s’explique essentiellement, selon S&P, par la «détérioration» de la situation budgétaire du pays par rapport aux prévisions précédentes. «La hausse des recettes a été plus faible que prévu et les bailleurs de fonds ont suspendu leur aide alors que les dépenses ont augmenté. Nous prévoyons maintenant un déficit budgétaire supérieur de 6,9% au cours de l'exercice fiscal 2013-2014, en partie en raison de dépenses liées à un projet hydroélectrique qui n'était pas inscrit dans le budget initial», précise l’agence dans un communiqué publié le 17 janvier.

S&P indique également que la perspective stable de la note souveraine à long terme s’explique par le fait que «les avantages de la stabilité politique, la poursuite des investissements dans les infrastructures et les solides perspectives de croissance à moyen terme en Ouganda vont minimiser les risques de déséquilibres budgétaires».

Les bailleurs de fonds, dont la Banque mondiale, le Royaume-Uni, l'Irlande et la Norvège, qui fournissaient naguère environ un quart du budget annuel de l'Ouganda, ont suspendu leur aide en 2012 suite à des soupçons de détournement d’une partie de cette aide budgétaire par des membres du gouvernement.

Selon les prévisions du FMI, l’Ouganda devrait enregistrer cette année un taux de croissance de 6,5%, contre des taux de 5,6% en 2013 et de 2,8% en 2012.